• FNAR : Un seul homme derrière les attentats contre les radars ?

    FNAR

     La direction centrale de la police judiciaire est sur les dents. Malgré d'importants moyens dégagés, elle n'a toujours pas réussi à mettre la main sur le ou les membres de la Fnar (Fraction nationaliste armée révolutionnaire), cet étrange groupuscule qui fait sauter des radars à l'explosifs dans l'Oise, le Val d'Oise et les Yvelines. Et voilà un an que ça dure ! Le premier radar avait explosé le 3 avril 2007 sur la D330, dans l'Oise. La neuvième et dernière explosion remonte au 4 mai dernier, à Saint-Gervais, dans le Val d'Oise.

    Mais plus énervant encore pour les policiers : "le ou les membres de cette organisation passent souvent au travers de nos dispositifs de surveillance", reconnaît un enquêteur dans les colonnes du Parisien daté du dimanche 18 mai. Du coup, la thèse selon laquelle le commando antiradar pourrait n'être composé que d'un seul homme fait son chemin : "Ancien gendarme, ancien flic, on ne sait pas encore. Mais il s'agit d'une personne qui a des connaissances en matière d'explosifs et qui est suffisamment rusée pour déjouer notre travail", explique une autre source citée par le quotidien.
     
    Une ou plusieurs personnes, le commando reste introuvable. Mais la sous-direction antiterrorisme ne lâche pas prise. Ne serait-ce que pour éviter de faire chou blanc comme ce fut le cas avec l'affaire AZF, en 2003, dont le ou les auteurs du chantage à la bombe sur les voies ferrées courent toujours.

    source : lci

    Pour plus d'info sur la FNAR et AZF rendez-vous dans la rubrique Groupes terroriste en France


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :