• Garde civil espagnol tué : un couple interpellé

    Un homme et une femme, soupçonnés d'avoir tué un garde civil espagnol et d' en avoir grièvement blessé un autre, samedi à Capbreton, dans les Landes, ont été interpellés mercredi matin par les gendarmes à Châteauneuf-de-Randon, en Lozère, selon une source proche de l'enquête qui a précisé : "il s'agit du couple que les gendarmes recherchent activement depuis trois jours".

    Le couple d'origine basque, soupçonné d'appartenir à ETA, était armé (des gros calibres chargés). Il a été arrêté à un arrêt de bus sur la commune et n'a opposé aucune résistance. Ils avaient en leur possession une forte somme d'argent en liquide et "parlent avec un fort accent espagnol". L'homme serait "sans doute", selon des sources proches de l'enquête, Asier Negoa Lopez de Armentia, un "cadre dirigeant" de l'ETA. S'agissant de la femme, qui était en possession de faux papiers, son identité "sera plus difficile à établir", selon les mêmes sources qui notent qu'elle portait au moment de son interpellation une paire de boucles d'oreille semblables à celles de la femme membre du commando de Capbreton, décrite par des témoins.

    Ils ont été interpellés car ils correspondaient au signalement donné par un témoin victime d'une tentative de vol de sa voiture par un couple lundi en Dordogne. Le parquet de Paris précise que c'est dans le cadre de l'enquête préliminaire de police ouverte sur cette tentative de vol que l'interpellation a été effectuée et qu'aucun élément ne permet pour l'instant de dire que ces deux personnes sont impliquées dans l'attaque des deux gardes civils. Mais, selon le groupement de gendarmerie de Montpellier : ce sont bien "les auteurs présumés du double meurtre, ils correspondent parfaitement aux signalements et aux informations qu'on nous avait fournis". Ils ont été placés en garde à vue à la gendarmerie de Mende où sont attendus des enquêteurs de la Division nationale antiterroriste (DNAT).

    Le 2e garde civile a succombé mercredi 

    Le couple était arrivé de l'Aveyron mardi soir, en taxi. C'est dans ce département qu'il avait été repéré, alors qu'il était attablé à un restaurant de Rodez. Mercredi matin, le couple a de nouveau pris un taxi pour se rendre au carrefour de l'Habitarelle, à une trentaine de kilomètres de Mende, au pied de Châteauneuf-de-Randon, commune bâtie sur une colline. C'est quand ils sont arrivés à destination, à un arrêt de bus, et après qu'ils eurent quitté le taxi, qu'ils ont été interpellés. Informée immédiatement de cette interpellation, la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie a "salué le travail des forces de l'ordre et souhaité que l'identification en cours détermine au plus vite s'il s'agit des individus recherchés".

    Un commando présumé d'ETA a tiré samedi à Capbreton de sang froid sur deux gardes civils désarmés en mission de renseignement en France. Raul Centeno, 24 ans, a été tué sur le coup. Son compagnon Fernando Trapero, 23 ans, a été grièvement blessé. Il est décédé mercredi matin à Bayonne (Pyrénées Atlantique), a annoncé dans un communiqué le procureur de la République de Paris. Le commando avait réussi à prendre la fuite.

    ETA est tenue pour responsable de 819 morts en Espagne, en 39 ans de "lutte armée" pour l'indépendance du Pays Basque. Plusieurs milliers d'Espagnols ont rendu hommage mardi soir à Madrid au garde civil tué samedi par l'ETA en France, lors du premier rassemblement "unitaire" contre l'organisation indépendantiste basque de ces dernières années


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :