• La dispute au restaurant vire à la fusillade

    Une dispute entre deux tablées d'un restaurant du 8e arrondissement de Paris a dégénéré dans la nuit de jeudi à vendredi en fusillade faisant un mort et un blessé.
     
    Selon les premiers éléments de l'enquête, le drame s'est déroulé rue Marbeuf dans le restaurant "La Maison de l'Aubrac". Vers 3 h 40 du matin, une simple anicroche entre deux tablées, sans doute égayées par des libations, et qui apparemment ne se connaissaient pas, déclenche les hostilités. Le ton monte et les clients indélicats sont priés de s'expliquer dehors par la direction de l'établissement, a expliqué une source proche de l'enquête.

    La voiture retrouvée
     
    Sur le trottoir, la discussion tourne à la fusillade : un homme de 27 ans, qui était connu très défavorablement des services de police, est tué par balle à bout portant dans la bouche, a indiqué à LCI.fr une source policière. Un autre âgé de 25 ans a pris une balle dans le bras et une autre dans l'avant-bras.
     
    Le ou les auteurs des coups de feu ont pris la fuite à bord d'une Austin. La voiture a été retrouvée rue Alsace-Lorraine à Boulogne- Billancourt. Elle n'est pas signalée comme volée ce qui pourrait rendre plus facile le travail des enquêteurs. La brigade criminelle a été saisie. L'autopsie de la personne décédée devrait avoir lieu vendredi.

    Un homme tué dans un bar par un client en colère

    Un homme de 35 ans a été tué d'un coup de fusil mercredi soir dans un bar de Cagnes-sur-mer, dans les Alpes-Maritimes par un client pris d'un coup colère. Le meurtrier présumé, dont l'identité a été établie, est recherché par les services de police qui ont placé en garde à vue un homme soupçonné de l'avoir accompagné en voiture le soir du drame. Selon le parquet de Grasse, la victime, un père de famille et l'auteur du coup de feu ne se connaissaient pas. Selon les premiers témoignages, rapportés par le quotidien Nice-Matin, le client irascible aurait pris à partie les consommateurs du bar prétendant qu'on lui avait volé la somme de 2.700 euros. C'est en intervenant pour apaiser la situation que Fabien Koscianski aurait été tué d'une balle dans la tête. Les enquêteurs du commissariat de Cagnes-sur-mer et de la sûreté départementale tentent de vérifier s'il n'existait pas de conflit pré-existant entres les deux hommes. Ils s'attachent également à déterminer de quelle façon le fusil ayant servi au meurtre a été introduit dans le bar. (D'après AFP)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :