• Le gang des postiches

    Le gang des postiches est une célèbre équipe de braqueurs qui opéra à Paris entre 1981 et 1986. Ils s'attaquèrent à une trentaine de banques avec une rare audace. Ils entraient tout simplement dans l'agence, habillés en bourgeois et portant des perruques et de fausses moustaches ou barbes, d'où leur nom. Une fois entrés ils se séparaient en deux groupes, pendant que le premier surveillait les otages, le second descendait à la salle des coffres et les forçait pour s'emparer de ce qu'il contenait, en prenant tout leur temps.

    Au fil de leurs braquages et en l'absence de pistes pour les enquêteurs, les journalistes firent de ces braqueurs, qui se montraient respectueux avec les otages et qui ne faisaient pas de victimes, des sortes de héros. Ils s'attaquaient aux salles des coffres des banques et bénéficiaient d'une forte sympathie chez les gens ordinaires, qui souriaient plus qu'ils ne s'inquiétaient en entendant que le gang des postiches avait encore frappé. On évoqua même un moment qu'ils avaient une idéologie de guérilleros gauchistes, ce qui était clairement erroné.

    On sait que le groupe se composait d'un noyau dur de 5 ou 6 membres, originaires de l'Est parisien, mais qu'il y avait en plus quelques membres occasionnels. Ils se réunissaient pour commettre une série de braquages, allant même jusqu'à en faire plusieurs dans la même journée, puis se séparaient un temps, en allant parfois à l'étranger, avant de recommencer. Cette équipe de braqueurs était considérée comme l'une des meilleures de France.

    La police et le gouvernement supportant de moins en moins la facilité avec laquelle ils opéraient et leur mythification par les media, tous les moyens furent déployés pour les contrer. Ainsi fut mis au point un dispositif anti-postiche dans les agences bancaires parisiennes. Ce système était loin d'être efficace, mais les postiches sentirent que l'étau se resserrait autour d'eux. Ils devinrent plus méfiants, plus nerveux et moins courtois avec les otages.

    Le 14 janvier 1986, le dispositif se déclencha, impliquant la BRB et la BRI autour de l'agence du Crédit Lyonnais du 39 rue du Docteur-Blanche, dans le 16e arrondissement de Paris et, cette fois, il fut efficace. Les policiers encerclèrent discrètement la banque en sachant que le gang était à l'intérieur, pour les arrêter à leur sortie. Malheureusement quand ils sortirent la situation dérapa, du fait de l'action inconsidérée du chef de la BRB, Raymond Mertz. Il y eut une fusillade, un des gangsters, Bruno Berliner, et le policier Jean Vrindts furent tués. De plus, il y eut 3 policiers blessés. Certains braqueurs réussirent à s'enfuir. Ce fiasco révèlera de graves dérives au 36 quai des Orfèvres.

    Jean-Claude Myszka, André Bellaiche et Patrick Geay furent arrêtés en décembre 1986 dans une villa à Yerres après presque un an de cavale.

    La mise en cause du responsable de la BRB par les policiers du 36 quai des Orfèvres déboucha sur une grève et une fronde des policiers. En représailles, la hiérarchie policière utilisa les services de l'IGS pour casser le mouvement.

    De plus l'un des leurs, Dominique Loiseau, présent le 14 janvier 1986 fut accusé d'être un policier ripoux. Il fut jugé et condamné pour cela. Mais il existe des doutes sur la réalité des faits. Après presque 7 ans de prison, ce dernier fut gracié par François Mitterrand en 1993.

    Son histoire a inspiré le film 36 Quai des Orfèvres d'Olivier Marchal

    En 2004, l'affaire du gang des postiches rebondit. Le tueur en série Michel Fourniret avoue que sa fortune est celle du gang des postiches dont il s'est emparé à sa sortie de prison. Les lingots d'or volés durant les années 80 étaient dissimulés dans des cimetières.



  • Commentaires

    1
    visiteur_Grosbois
    Dimanche 21 Septembre 2008 à 19:14
    Je me souviens bien du gang des postiches et de la fusillade de la rue du docteur-Blanche, je travaillais alors dans une agence bancaire Avenue Mozart. On avait (nous, les employés,une trouille bleue de ce gang) Un de mes collègues dans une autre agence braquée, a été molesté par ces voyous et a gardé des séquelles psychiques de cette agression.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    enzo
    Vendredi 28 Août 2009 à 05:36
    pour moi cette ?ipe de braqueur avait du charme,dont mon oncle ki en fesait partit a l'?que ou moi j'?it jeune que je vois toujours actuellement na rien d'une terreur bien au contraire.michel fourniret lui ?it un monstre!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :