• Le mystérieux message du colis piégé

    Quelques heures après la remise en liberté de l'architecte placé en garde à vue vendredi dans le cadre de l'attentat au colis piégé qui a tué une secrétaire d'un cabinet d'avocat parisien, le mystère demeure. L'homme, qui avait fait l'objet d'une plainte de la part d'une avocat du cabinet visé, a été mis hors de cause samedi par les enquêteurs, qui privilégieraient désormais la piste d'un attentat visant un autre avocat, Me Olivier Brane, blessé lors de l'explosion et auquel le paquet contenant la bombe était adressé.
     
    Pour étayer cette piste, la police s'appuie sur un curieux message qui avait été glissé avec les chocolats adressés "au personnel du cabinet", avec le champagne, adressé à Me Catherine Gouet-Jenselme et avec la bombe. Sur un papier bristol, il était écrit : "en souvenir d'une affaire immobilière complexe", révèle le Journal du Dimanche.

    "Qui pourrait m'en vouloir"

    Depuis son lit d'hôpital, l'avocat visé cherche en vain à identifier une piste. "Oui, je traite d'affaires immobilières, mais elles sont toutes complexes", s'émeut-il dans le JDD. Décrit dans le journal par un de ses clients comme "quelqu'un de propre", Me Olivier Brane a reçu la visite samedi de Rachida Dati. "Je ne me suis jamais senti particulièrement menacé, qui pourrait m'en vouloir", s'étonne-t-il dans le JDD.
     
    Un mobile que les enquêteurs tentent de déterminer en s'intéressant de près au colis piégé artisanal mais qui "dénote un savoir-faire certain et qui est terriblement efficace", souligne une source proche de l'enquête dans le journal. La jeune femme qui a livré le colis est elle également toujours introuvable. Les témoignages recoupés par la police décrivent une femme de type méditerranéen, vêtue d'une grosse veste ou d'une combinaison de motard et portant un casque.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :