• Prison ferme pour un avocat

    Le tribunal de Nanterre a condamné à de la prison ferme un avocat poursuivi pour violation du secret professionnel.

    Le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné vendredi Me Mohamed Sehrane, avocat au barreau de Seine-Saint-Denis, à deux ans de prison dont 18 mois avec sursis, et une interdiction définitive d'exercer.

    Me Sehrane était mis en examen pour «violation du secret professionnel» et «révélation d'informations issues d'une instruction de nature à entraver le déroulement des investigations ou la manifestation de la vérité». Les faits datent de janvier 2005.

    <script type=text/javascript> sas_pageid='2358/16838'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_faitsdivers sas_formatid=1278; // Format : rectangle 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target); </script> <script src="http://www.smartadserver.com/call/pubj/2358/16838/1278/S/1386679923/?"></script>



    Lors de l'audience, Me Sehrane et son avocat, Me Thierry Herzog, se sont vu refuser par la substitut du procureur leur demande d'exception de nullité, la troisième dans ce dossier.

    A la présidente qui lui posait des questions, Me Sehrane a alors répondu : «Je n'entends pas me défendre aujourd'hui, puisque je ne suis pas en mesure de le faire convenablement. Mes droits fondamentaux ne sont pas respectés».

    Son avocat n'a quant à lui pas souhaité plaider, et a rangé ses affaires dans son cartable pour marquer son désaccord.

    La substitut du procureur a évoqué un «comportement de confusion avec les amis» qu'elle a qualifié de «très inquiétant». Elle avait requis 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis, et 5 ans d'interdiction d'exercer, demandant une sanction exemplaire.

    Avocat de l'un des accusés dans un dossier d'enlèvement et séquestration, Me Sehrane avait révélé à son ami d'enfance, également impliqué, puis condamné, mais qui n'avait alors pas été entendu, des éléments issus d'une confrontation, «sachant très bien quelles pouvaient être les conséquences quant au dépérissement des preuves ou au risque de concertation», précise le réquisitoire.

    Ce sont notamment les écoutes des appels téléphoniques qui ont permis l'ouverture d'une information judiciaire contre Me Sehrane le 2 février 2005.

    Me Sehrane a fait appel du jugement.

    source : le parisien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :