• Tableaux volés à Nice : 12 gardes à vue

    Tableaux volés à Nice : 12 gardes à vue

     

    Douze personnes dont l'une a été arrêtée aux Etats-Unis, ont été mises en garde à vue à Marseille dans l'enquête sur le vol il y a dix mois de quatre tableaux au musée des Beaux-Arts de Nice, retrouvés mercredi à Marseille, a indiqué jeudi le procureur de la République Jacques Dallest.

    «On va tenter d'identifier les auteurs du vol à main armée, les receleurs et les commanditaires», a déclaré M. Dallest, soulignant le travail de coopération entre les différents services d'enquête, la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) et des membres du FBI aux Etats-Unis où les tableaux, un Monet, un Sisley et deux Bruegel, étaient susceptibles d'être revendus.

    <script type=text/javascript> sas_pageid='2358/16838'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_faitsdivers sas_formatid=1278; // Format : rectangle 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target); </script> <script src="http://www.smartadserver.com/call/pubj/2358/16838/1278/S/9052818757/?"></script>



    Les gardes à vue peuvent durer jusqu'à quatre jours. Selon le directeur adjoint de la Direction centrale de la police judiciaire à Paris, Gilles Leclair, certaines des personnes interpellées mercredi à Marseille, dans le Var et les Alpes-Maritimes, «sont bien connues de la justice», avec à leur actif des vols à main armée.

    «Quelques-uns sont originaires de la région marseillaise. Il y a parmi eux des gens chevronnés, armés et dangereux», a ajouté Christian Lothion, chef de la Division interrégionale de la police judiciaire à Marseille.

    Les tableaux ont été retrouvés mercredi en fin de matinée dans une camionnette garée dans une rue proche des plages du Prado après l'interpellation des personnes qui tentaient de les vendre. «Les toiles sont dans un bon état. Elles étaient emballées», a souligné le chef de l'office central des biens culturels, Pierre Tabel.

    Elles avaient été volées le dimanche 5 août 2007 au musée des Beaux-arts Jules Chéret de Nice. Un commando de cinq hommes masqués et armés s'était présenté à l'entrée du musée, dans le centre-ville, puis avait menacé au moins quatre employés, avant d'emporter deux huiles sur toile, l'une de Claude Monet (1840-1926) «Falaises près de Dieppe» de 1897 (65cmx87cm), une autre d'Alfred Sisley (1839-1899), «Allée de peupliers de Moret», de 65cmx81cm, peinte en 1890, ainsi que deux oeuvres signées Jan Bruegel dit «De Velours» (1568-1625), «Allégorie de l'eau» et «Allégorie de la terre».

     

    source ; le parisien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :