• Villiers-le-Bel : la police renforce ses équipements

    Un cap a été franchi", "nous sommes passés au stade de la guérilla urbaine". Au lendemain des émeutes de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), au cours desquelles des armes à feu ont été utilisées contre les forces de l'ordre, le constat des syndicats de police était unanime. La Direction de l'administration de la police (DAPN) n'est pas restée sourde face à ces inquiétudes et a décidé d'accélérer la mise à disposition des policiers de nouveaux moyens, comme l'indique Le Monde daté de vendredi.
      
    Ainsi, les CRS et les compagnies d'intervention vont être équipé de lunettes efficaces contre les jets de pierre. Ils recevront également des "boucliers balistiques" qui sont "très maniables et entièrement nouveaux, résistants aux chevrotines", a précisé la DAPN jeudi. "Soixante de ces boucliers sont actuellement testés dans certaines compagnies d'intervention, et 300 ont été commandés avec, pour objectif d'équiper à terme 2 300 policiers", a-t-on ajouté de même source. Par ailleurs, des "gilets tactiques" qui sont encore "à concevoir" devraient équiper CRS et compagnies d'intervention "en 2008-2009", pour supporter tout  l'équipement nécessaire au maintien de l'ordre.

    Une "nécessité" en attendant une solution "sociale"
      
    En outre, après la décision prise en 2007 de "développer les armes non létales, une nouvelle génération de flash-ball 'lanceur 40' (calibre 40 mm) va leur être fournie". D'une portée de 50 mètres (contre à peine dix actuellement), ils "sont également très précis jusqu'à une vingtaine de mètres", selon la DAPN.  A la fin de 2007, "3,5 millions d'euros d'équipements divers ont déjà été achetés",  a-t-elle ajouté.

    Pour le syndicat de police Synergie Officiers, "ces mesures de renfort, qui étaient prévues dans la nouvelle Lopsi, sont une nécessité". "En attendant que les politiques trouvent des solutions sur le plan social avec les banlieues, nous savons que la tendance va être à la multiplication des épisodes comme celui de Villiers-le-Bel, précise Patrice Ribeiro, n° 2 du syndicat. Ce n'est pas la peine de se le cacher. Alors, autant être prêts à les aborder avec les matériels adéquats"

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :