• Vol à l’étalage au musée du Louvre le 12 juillet 1994

    Vol à l’étalage au musée du Louvre Article paru le 12 juillet 1994

    « CE pastel est unique et extrêmement fragile, nous espérons que vous en prendrez soin », a lancé lundi le directeur du musée du Louvre, Michel Laclotte, à l’adresse du voleur qui a dérobé la veille, en pleine journée, le pastel de Robert Nanteuil (1623-1678), « Portrait de Jean Dorieu », dans la salle des pastels du XVIIe siècle de l’aile Sully du musée.

    Le pastel, de 33 centimètres sur 25 centimètres, était accroché dans un renfoncement sur un mur à l’abri des regards des visiteurs empruntant l’allée centrale de la salle. Le voleur a délicatement soulevé le cadre pour dévisser les pattes de fixation qui maintenaient le portrait et sa vitre de protection au cadre qu’il a laissé sur place. Il n’a laissé aucune empreinte.

    « L’emprunteur » avait pris ses précautions. Si 80 personnes

    • sur 700 pour l’ensemble du musée national - étaient affectées à la surveillance de cette zone, le « Portrait de Jean Dorieu » ne bénéficiait pas d’un système de sécurité électronique individuel. Dès la disparition du pastel, les portes du Louvre ont été fermées et tous les visiteurs contrôlés à la sortie. En vain. D’après Jean-François Méjames, du département des arts graphiques, le malfaiteur a sans doute « bénéficié de complicité ».

    Lors d’une conférence de presse, Michel Laclotte a indiqué que cette oeuvre réalisée en 1660 représentant le magistrat Jean Dorieu vêtu d’une robe noire à rabat blanc, était « impossible à revendre » car dûment répertoriée et connue de tous les experts du monde. Il a également douté qu’un collectionneur privé puisse être le commanditaire de ce vol. « Nous craignons surtout l’acte inconsidéré et nous redoutons que le voleur ne cherche maintenant à se débarrasser du tableau, y compris en le détruisant. » Mais « le spectacle continue » a lancé, philosophe, Michel Laclotte en annonçant que l’oeuvre volée a été remplacée dès hier matin par un autre pastel du début du XVIIIe.

    La Brigade de répression du banditisme a été chargée de l’enquête. Le musée du Louvre conserve deux autres pastels de Robert Nanteuil ainsi qu’une douzaine de portraits dessinés. Le dernier vol au musée du Louvre remontait à 1990. Il s’agissait d’un Renoir, « portrait de femme assise », qui fut retrouvé en septembre de la même année. Autre heureux dénouement : une aquarelle de Fragonard estimée à 700.000 francs, et dérobée en juin 1983 au musée Cognac-Jay à Paris, a été retrouvée la semaine dernière par la police. Et le receleur présumé avec.

    source : l'humanité


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :