• "Vous êtes moins qu'une larve"

    Les parents de Mananya Thumpong n'ont pas ménagé Fourniret

    Envoyé spécial en France Christian Hubert

    CHARLEVILLE Pour ajouter Mananya Thumpong à la liste de ses meurtres épouvantables, le monstre des Ardennes a utilisé un modus operandi bien connu, mais il s'y est, cette fois, pris en deux temps.

    Avant de faire monter, le 5 mai 2001, la petite Thaïlandaise dans son fourgon C25, il l'avait mise en confiance, quelques jours plus tôt, en la ramenant devant chez elle.

    La simple phrase : "Je ne suis pas un méchant homme" avait, hélas, suffi à la tranquilliser ! Comme pour Céline, il allait déposer le corps de l'autre côté de la frontière, à Nollevaux, dans l'arrondissement judiciaire de Neufchâteau, où ses restes furent retrouvés dix mois plus tard.

    La maman de Mananya a eu une vie matrimoniale assez mouvementée, ce qui est son droit le plus strict, mais il est vraiment remarquable de constater comment ses deux maris belges, dont elle est séparée, sont unis dans la défense de la mémoire de celle qu'ils considéraient comme leur propre fille.

    Hervé Guy avait ramené Kanyarat Thumpong de Thaïlande avec ses deux filles qu'il adopta en épousant la mère. "J'avais décidé de ne pas les scolariser tout de suite car non seulement elles ne possédaient pas la langue, mais elles ne connaissaient même pas notre alphabet. En quelques mois, elles ont refait leur retard et sont devenues des premières de classe. C'étaient vraiment de petites filles modèles dont nous étions si fiers."

    Pour Henri Guy, qui n'a pas manqué un seul jour du procès, Ice (le surnom de Mananya) était vraiment sa fille. Et c'est en tant que père qu'il s'adressa à Fourniret : "J'attendais ce moment avec impatience, même si je suis stressé. J'avais l'intention de vous insulter et, croyez-moi, des insultes, j'en connais. Je me suis donc arrêté sur un seul mot : larve. Et ce n'est même pas vrai, vous n'êtes pas une larve, une larve, ça sert à quelque chose, les excréments de vache aussi, servent à quelque chose. Vous êtes moins que cela."

    C'est en citant une phrase de Pierre Desproges qu'il provoqua les applaudissements du public : "L'intelligence, c'est comme le parachute. Quand on n'en a pas, on s'écrase."

    La maman de Mananya revint à la barre car, terrassée par l'émotion, elle n'avait pas réussi à s'exprimer d'entrée de jeu. Elle se tourna immédiatement vers l'assassin de sa fille et, dans son français approximatif : "Regardez-moi bien. Je suis une femme, mais vous n'êtes pas un homme. Auriez-vous fait cela à votre petite fille, à une petite Fourniret ?"

    Brice Longhini, qui fut le mari de Kanyarat Thumpong à l'époque de la découverte du corps, n'a pas été marié très longtemps avec Kanyarat : "On a divorcé dans le dépit, dans la précipitation, dans le souvenir."

    Et s'adressant à son tour à Fourniret : "Merci de vous être tu, et, surtout, ne vous levez pas. Votre hauteur est à ce niveau. Merci de ne pas ajouter la cruauté de vos paroles à la cruauté de vos actes. "

    Fourniret ne dira rien. Que peut-on dire après ces paroles et après les terribles images de la découverte des restes de Mananya ?


     

    source : dhnet.be ( la dernière heure )


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :