• Le GIGN interrompt un trafic d'armes dans le Gard

    Le GIGN interrompt un trafic d'armes dans le Gard

     

    Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) a interrompu vendredi matin un trafic d'armes de guerre à destination du grand banditisme, près du village de Langlade (Gard), au sud-ouest de Nîmes, et interpellé quatre personnes, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

    Le GIGN est intervenu vers 10H00, vendredi, à l'entrée du village, au moment où deux hommes, l'un à moto, l'autre dans un fourgon, s'apprêtaient à vendre 25 armes de guerre à deux autres hommes dans une fourgonnette, précise le Midi Libre qui révèle l'affaire. Les quatre ont été placés en garde à vue.

    Une source proche de l'enquête a confirmé l'intervention, sans donner de détail. La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille, en charge des affaires de grande criminalité, qui

    <script language=JavaScript> </script>

    <script language=javascript>cachePubVide('pubCarreEdit');</script> a ouvert une information judiciaire sur l'affaire, n'a voulu donné aucun détail sur l'opération, dans l'attente de nouveaux développement mais en confirmant implicitement que des personnes étaient en garde à vue.

    A l'intérieur du fourgon, les gendarmes ont découvert un stock d'armes: une dizaine de fusils d'assaut, des fusils mitrailleurs et des pistolets mitrailleurs, des armes de poing et des milliers de balles et cartouches de 7,5mm et 9 mm, selon le Midi Libre.

    Selon une autre source proche de l'enquête, l'opération est le fruit d'une enquête ouverte depuis plusieurs mois qui porte sur un trafic d'armes à destination du grand banditisme.

    Parmi les gardés à vue, selon le quotidien, figure un habitant de Langlade âgé d'une trentaine d'années qui avait déjà été arrêté en 2004 dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes au niveau national. Un restaurateur de Montpellier fait également partie des personnes arrêtées. Les deux étaient apparemment ceux qui livraient les armes et avaient donné rendez-vous aux deux autres personnes.

    L'enquête a démarré cet été à la suite de renseignements recueillis par les gendarmes de la Section de recherches de Montpellier.

    </BALISE_ARTICLE_TEXTE>


  • Commentaires

    1
    pauline
    Jeudi 11 Novembre 2010 à 09:24
    merci a tous ses hommes d etre la pour nous proteger
    QUEL COURAGE
    2
    masta
    Lundi 31 Janvier 2011 à 22:32
    putain de chtarr tjr derriere notre boul on veut vivre bien peu importe les moyens ce mess pour tou les bonhomme qui preferen se faire serrer lgt que de balancer nike les rg sans vous yaurait personne o r'heps bande de batar§§§§§
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :