• Deux convoyeurs de fonds ont été agressés par plusieurs malfaiteurs armés de bombes lacrymogènes qui leur ont dérobé deux sacs de valeurs avant de prendre la fuite en perdant une partie du butin, ce matin matin avenue d'Italie à Paris (XIIIe).

    Vers 8 heures, deux convoyeurs de fonds qui venaient de descendre de leur fourgon stationné devant une agence du Crédit industriel et commercial (CIC), ont été agressés par plusieurs malfaiteurs qui ont surgit du porche d'un immeuble voisin et qui les ont aspergé avec des bombes de gaz lacrymogène de grande contenance, selon une source policière

    Les malfrats se sont ensuite emparé des deux sacs que les convoyeurs s'apprêtaient à livrer à l'agence bancaire et ont pris la fuite sur un deux roues, perdant en route l'un des sacs qui a été récupéré par la police.

    Le butin était en cours d'estimation en fin de matinée et la 3è division de police judiciaire (3e DPJ) a été chargée de l'enquête.

    <script type=text/javascript> sas_pageid='2358/16838'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_faitsdivers sas_formatid=1278; // Format : rectangle 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target); </script> <script src="http://www.smartadserver.com/call/pubj/2358/16838/1278/S/928904713/?"></script>

    votre commentaire
  • Deux convoyeurs de fonds ont été agressés par plusieurs malfaiteurs armés de bombes lacrymogènes qui leur ont dérobé deux sacs de valeurs avant de prendre la fuite en perdant une partie du butin, ce matin matin avenue d'Italie à Paris (XIIIe).

    Vers 8 heures, deux convoyeurs de fonds qui venaient de descendre de leur fourgon stationné devant une agence du Crédit industriel et commercial (CIC), ont été agressés par plusieurs malfaiteurs qui ont surgit du porche d'un immeuble voisin et qui les ont aspergé avec des bombes de gaz lacrymogène de grande contenance, selon une source policière

    Les malfrats se sont ensuite emparé des deux sacs que les convoyeurs s'apprêtaient à livrer à l'agence bancaire et ont pris la fuite sur un deux roues, perdant en route l'un des sacs qui a été récupéré par la police.

    Le butin était en cours d'estimation en fin de matinée et la 3è division de police judiciaire (3e DPJ) a été chargée de l'enquête.


    votre commentaire
  • Une Lessinoise a essayé de tuer son enfant à deux reprises

    TOURNAI Ivre, une Lessinoise a tenté lundi à deux reprises de mettre fin aux jours de son bébé âgé de 15 mois. La mère du garçonnet a été placée sous mandat d'arrêt et écrouée, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Tournai. Un expert psychiatrique a été désigné.

    Vendredi, la chambre du conseil de Tournai devra se prononcer sur la prolongation ou non, pour une période d'un mois, du mandat d'arrêt à charge de l'inculpée. La mère nie les faits qui lui sont reprochés.

    Entendue mardi soir par le juge d'instruction de Tournai, elle a été placée sous mandat d'arrêt sous l'inculpation de tentative de meurtre et de tentative d'empoisonnement, avec la circonstance aggravante que les faits ont été commis à l'encontre de son enfant en bas âge. La femme, âgée de 42 ans, a été écrouée à la prison de Mons.

    "Au moment des faits, l'inculpée était sous l'influence de l'alcool. Elle a été privée de liberté lundi à 21h30 par la police de la zone de Lessines. Expulsée de son domicile, cette dame avait été accueillie par un ami au sens propre du terme. C'est lui qui à deux reprises a sauvé l'enfant et alerté les forces de l'ordre", a expliqué mercredi le substitut du procureur du roi de Tournai.

    "On ignore les raisons de ses actes. Elle a d'abord versé dans le biberon de son enfant une substance toxique. Il s'agit d'un médicament, une substance mortelle dans de telles quantités. La tentative ayant échoué, elle s'est emparée d'un couteau afin d'égorger le garçonnet. L'intervention de l'ami chez qui elle logeait a permis d'éviter le pire", a-t-il ajouté.

    Mère de plusieurs enfants, l'inculpée sera examinée par un expert psychiatrique désigné par le juge d'instruction.


    votre commentaire
  • BRUXELLES Quatre personnes se sont évadées dans la nuit de mardi à mercredi du centre fermé 127 bis pour demandeurs d'asile de Steenokkerzeel, a-t-on appris auprès de la police locale.

    La disparition d'un Albanais, d'un Égyptien, d'un Marocain et d'un Russe a été constatée au matin, alors que les gardiens étaient venus réveiller l'un d'eux vers 05h30 pour entamer la procédure de rapatriement.

    Il semble que ces quatre hommes aient forcé deux barreaux de fenêtre pour recouvrer leur liberté.
    Le centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel se trouve en bordure de piste de l'aéroport de Bruxelles (Brussels Airport). Ouvert en mars 1994, il accueille les demandeurs d'asile déboutés et ceux toujours en attente d'une réponse mais dont l'Office des étrangers estime qu'elle sera en général négative.


    votre commentaire